Quand on rencontre un homme à notre âge, il a pas mal de bagages. Je ne veux pas dire des valises, ni des baise-en-ville ( comme on disait autrefois), je veux dire des bagages de vie. ( Et tout ce verbiage est aussi valable pour nous, il va sans dire)

Exemple : Toute une floppée de gens apparaissent avec le nouvel amoureux. Leur point commun est d’avoir tous un nom qui commence par  » beau  » ou  » belle « , à accorder selon. Ainsi en va-t-il de la nouvelle belle-mère, du beau-frère, de la belle-fille, des beaux-enfants etc…Préfixe qui parfois leur va comme un gant fabriqué en italie, une peausserie toute douce, mais qui parfois ne leur va pas du tout, tant ils rechignent à nous considérer comme la nouvelle  » belle  » fille, soeur, mère etc…

Alors déjà  » beau  » n’est pas un synonyme de  » gentil  » : on l’avait dans l’idée mais ça se vérifie . Le beau … ou la belle…. fait la tête, nous toise … il faut dire qu’on est pas la première à être présentée comme le futur grand amour de l’homme en question .

Car avant il y a eu tous les  » ex  » . Et nous voilà avec un nouveau préfixe tout aussi passe-partout. Les  » ex  » sont plus confortables en un sens. Ils n’ont pas de réalité tangible, on entend parler d’eux, parfois avec regret, parfois dans le soulagement, parfois dans la haine. Pour autant, physiquement rarement présents, ils peuvent occuper une place importante paradoxalement et servir de points de comparaison pour jauger notre petite personne.

Les  » ex  » vont avec les voyages, les habitudes de vie commune . Devenus des sortes d’esprits dématérialisés de leur apparence, ils envahissent un espace entre notre amoureux et nous. Oui, on rencontre un homme qui a déjà eu plusieurs vies avant et ça nous pète à la tronche.

Il est là un peu cahin-cahas de son dernier chagrin d’amour, un peu blasé des femmes, un peu craintif, un peu hargneux et il va nous falloir de la patience et apprendre à faire des CONCESSIONS.

 » CONCESSIONS  » c’est le mot à mettre forcément au pluriel, ça veut dire tout simplement qu’il faut la fermer très souvent faute de quoi l’amoureux présent va vite devenir à son tour un  » ex  » .

Alors quand on me dit :  » C’est difficile de rencontrer quelqu’un de bien à ton âge  » , je réponds  » Mais non c’est très facile, le problème c’est de durer  » …. Et puis aussitôt, mon petit côté chichipompon ( pas de chichis, du pompon)  se met en branle :  » Durer, qu’est-ce qu’on s’en fout au fond, ce qui est pris est pris  » . 

%d blogueurs aiment cette page :