.

J’ai connu Corinne au travers de son blog  » le blog d’une provinciale « ; j’écrivais alors une chronique hebdomadaire pour Les Boomeuses . Nous avions décidé la rédactrice en chef du webzine, Arielle Granat et moi-même de nous rencontrer . Arielle avait choisi le Café de Flore à Paris pour cette discussion autour des projets de chroniques dans son magazine. Nous en sommes venues à parler des blogueuses qui donnent à voir un visage de la femme de plus de cinquante ans moderne et dans l’air du temps. Arielle me parle alors de Corinne Ducasse de Montpellier auteur du Blog d’une provinciale. Rentrée à Avignon, j’écris un mot à Corinne lui disant mon désir de la rencontrer . Cela se fait rapidement et pour mon plus grand plaisir . Ouverte et généreuse, rigolote, terriblement humaine, nous avons tout de suite sympathisé.

Elle m’a donc proposé, suite à la sortie de mon livre  » Voyage en Ménopausamie, chroniques de la cinquantaine débridée  » de me créer un blog. Pour démarrer ces interviews qui çà et là trouveront leur place dans Chichi-pompon, j’ai donc naturellement choisi de  » tirer le portrait  » de Corinne.

Elle s’est livrée au jeu avec esprit et une pointe d’espièglerie.

Si tu devais définir la femme que tu es en trois adjectifs, ce serait ? : :

Question difficile peut-on définir une femme en 3 adjectifs ? Une femme est tellement complexe !
Bon je dirais avec beaucoup de modestie : généreuse, optimiste et râleuse !

Comment a commencé l’aventure de Blogueuse, d’où t’es-venue l’idée ?

Après un licenciement suite à une maladie je me suis retrouvée seule chez moi et passablement déprimée. Je passais beaucoup de temps sur internet à lire des blogs. Et d’un coup j’ai eu envie de créer le mien. C’était il y a déjà 8ans ! Je l’ai appelé La Provinciale, car beaucoup de blogs étaient tenus par de jeunes femmes parisiennes. Et bizarrement les femmes de mon âge n’étaient pas représentées. Donc la fleur au fusil, sans rien connaitre à du monde du blogging, je me suis lancée. Nous étions peu de quinqua à l’époque. Deux ou trois personnes, comme moi, avaient osé lancer un blog différent et axé sur les « seniors ». Je n’avais aucune idée de l’avenir du blog et au fil du temps, il a pris son envol. Je suis fière de lire aujourd’hui que je suis classée 94 ° parmi tous les blogs francophones et dans le top 3 des blogs Montpelliérains.

Web sourire est aujourd’hui un site qui prend de l’ampleur, quel était ton objectif en le créant ?

Lorsque j’ai créé mon blog je ne connaissais pratiquement pas l’informatique, j’ai tout appris seule en lisant et en regardant des vidéos. Un jour mon blog s’est cassé, plus rien que du noir sur mon écran. L’horreur totale !

J’ai fait appel à une amie dont le mari est développeur et il m’a dit que le blog avait trop de visites et qu’il fallait le passer sur un hébergement plus important. Je suis tombée des nues et c’est là que j’ai réalisé que j’étais lue et suivie. Ensuite j’ai fait appel à des professionnels pour s’occuper de mon blog mais j’étais énervée de ne pas comprendre dès qu’une difficulté se présentait. J’ai donc décidé de prendre des cours, j’ai fait plusieurs stages et deux écoles. Dont une qui m’a amenée à obtenir un diplôme. J’ai décidé de créer Websourire, pour aider les femmes (et les hommes), qui comme moi ne sont pas nés avec une souris à la main et qui ont envie de s’exprimer sur le net.

Ton plus grand plaisir simple ?

Etre en famille avec mon chéri et mes enfants

Combien de temps passes-tu devant ton ordinateur ?

J’y passe ma vie ! Entre mon travail pour Websourire et les articles à préparer pour mon blog je dois y être 9 à 10 heures par jour ! J’ai un ordinateur de bureau et un portable et même si je suis sur mon canapé j’ai un ordinateur dans les mains !

Quels conseils donnerais tu à une blogueuse débutante ?

La patience et du travail ! On ne peut avoir beaucoup de vues et d’abonnés en un mois, il faut savoir être patiente. Et il n’y a pas de mystère il faut travailler. Tenir un blog ce n’est pas comme poster une photo sur Instagram ou facebook, il faut écrire, lire et relire, corriger les fautes, travailler les photos, trouver des sujets intéressants. Rien n’arrive par hasard c’est ma devise !
Et je leur dirais démarquez-vous, soyez inventives et surtout sincères. Je pense que la sincérité ressort dans l’écriture. Sur mon blog je m’adresse à mes lectrices comme si je prenais le thé avec des amies. Je leur dis tout, je leur parle de mes doutes de mes plaisirs de mes échecs. J’essaie de leur transmettre ma joie de vivre.
Ne pas faire que des articles sponsorisés ! Tout le monde en fait et c’est légitime, mais votre blog ne doit pas devenir une « page de pub » pour des marques, cela lasse les lecteurs qui iront voir ailleurs un blog plus authentique.

 

Comment vis-tu la cinquantaine ?

Je l’ai très mal vécue au début ! Moi qui aime faire la fête, je ne veux plus fêter mes anniversaires !!! Le temps qui passe me fait peur, mais je positive en me disant que les années qui me restent doivent être les meilleures. Ce n’est pas tant l’âge 50, 55, 60.. que je vis mal, c’est la dégradation de mon visage, mon corps qui change, une plus grande fatigue et une plus grande fragilité émotionnelle.

Ton blog, tu le définirais comment ?

Comme mon bébé, ma fierté et ma plus belle réussite après la naissance de mes deux filles qui passent avant tout !

Quelle image de la cinquantenaire veux-tu mettre en avant ?

L’image d’une femme bien dans sa vie, heureuse et optimiste. Je déteste les jalouses, les hypocrites et les aigries. Je ne suis pas une beauté, je n’ai pas la taille mannequin, je lutte en permanence contre des kilos sournois qui s’installent partout, mais j’ai toujours le sourire et je pense que c’est le plus important.

Si tu devais recommencer ta vie maintenant, tu ferais la même chose ? affectivement et pour ce qui concerne le travail
Je ferai la même chose car même si j’ai divorcé j’ai été très amoureuse du Père de mes filles et elles sont ma plus grande fierté et mon plus grand bonheur. L’homme avec qui je vis aujourd’hui est un amour et je suis très heureuse.
Professionnellement je ferai tout l’inverse ! Je n’ai pas aimé mon parcours dans une entreprise et si le Web avait existé quand j’avais 30 ans, j’aurais créé ma boite comme je l’ai fait aujourd’hui.

Que t’a apporté ton blog ?

Mon blog m’apporte du bonheur au quotidien, une reconnaissance du travail accompli, il m’a permis de jolies rencontres comme avec toi par exemple !

Websourire est un site  » communautaire « , est-ce que tu partages cette vision ?

Oui et non, Websourire est un espace de travail, au travers duquel j’essaie d’aider les personnes qui n’osent pas à se lancer sur le web. Mon agence devient un espace communautaire plutôt sur la page Facebook que j’ai créé pour apporter mon aide « Les amis de web sourire. »

Quelle est la plus jolie aventure que ton blog t’a permis de vivre ?

Il y en a plein et notamment ma rencontre avec la rédaction du magazine  » Femme Majuscule » et mon interview dans la revue. J’ai également fait de belles rencontres qui sont devenues des amies. Une belle « mésaventure » également mon passage dans l’émission  » Les reines du shopping spécial blogueuses « , un désastre total !!!

Est-ce que tu as des regrets ?

Oui avoir fait souffrir mes enfants en divorçant et ne pas avoir eu le courage de quitter un boulot qui ne me plaisait pas à l’époque.

Quels sont les moteurs qui te font avancer dans la vie ?

L’amour, la tendresse, l’amitié et le chocolat !

Un mot qui te guide dans ton existence

Positive attitude

Comment te viennent tes sujets de billets pour le blog ?

C’est très variable, en fait je me rends compte que je pense à mon blog dans tous les actes de ma vie, si je visite une maison qui me plait j’ai envie d’en faire un reportage, si je voyage bien évidemment je vais parler du pays visité. Si je lis un livre qui m’inspire j’en parle. Ensuite pour les billets mode, c’est en fonction de mes coups de coeur et aussi des marques qui me sollicitent. Il m’arrive d’écrire des articles « coup de gueule » si une situation m’a déplu. Des articles qui sont sur mon ordinateur mais que je n’ose pas publier de peur de vexer des personnes, cela m’arrive aussi !

Comment définirais-tu la femme de plus de cinquante ans aujourd’hui ?

Totalement différente de nos grand-mères, nous avons acquis une indépendance financière, un droit de vivre notre vie comme nous l’entendons et nous devons farouchement le protéger. Je suis toujours un peu triste de voir des jeunes femmes s’identifier à des icônes factices et accepter de se couler dans un moule de femmes soumises par leurs attitudes et leur façon de se vêtir. J’ai toujours soutenu la cause du féminisme, sans être une passionaria ! Plus jeune je me suis battue pour le droit à l’avortement, pour préserver nos libertés et je suis triste de voir que l’on régresse peu à peu.

Ton blog se distingue par les textes et la qualité des photos, comment procèdes tu pour écrire , pour faire les photos ?

Merci pour la distinction ! Pour les textes j’ai toujours aimé écrire, j’ai fait des études littéraires pour devenir journaliste. La vie en a décidé autrement. J’aime les mots, j’aime la syntaxe, et je me régale à écrire. Je lutte d’ailleurs pour écrire des billets assez courts car je serais tentée de faire des romans ! Je suis une boulimique de lectures et cela aide aussi à l’écriture. Pour les photos, j’ai également pris des cours pour améliorer mon style, et je les fais en partenariat avec mon Chéri qui lui est un vrai pro. J’étais très contente de mon dernier billet reportage sur la ville de Sete, car toutes les photos sont de moi et j’ai eu beaucoup de compliments. Depuis que j’ai créé mon blog, j’ai en permanence sur mon bureau un dictionnaire , un dictionnaire des synonymes et un Bécherel ! Et ce n’est que du plaisir !

Tu es aujourd’hui Webmaster et tu crées des blogs magnifiques, comme le mien par exemple, comment se passe la création d’un blog ?

Je ne me sens pas légitime pour me qualifier de Webmaster. Je me suis juste donnée les moyens d’être capable de créer des sites ou des blogs. Je me suis spécialisée sur le CMS wordpress, que je maîtrise bien.
Pour la création d’un blog, si je connais la personne, j’essaie de le faire en tenant compte de sa personnalité, si je ne la connais pas, j’envoie un questionnaire très détaillé. Ensuite je lui demande de choisir trois couleurs, deux polices. Je prépare deux maquettes de blog et la personne choisit celui qui lui correspond le plus.
Ensuite j’offre un suivi pendant 3 mois pour ne pas la laisser seule devant des difficultés. Et j’offre également une formation sur le référencement qui est un pilier pour avancer et faire connaitre son blog.
Lorsque je fais un site ou un blog, je veux que ma cliente se sente « chez elle » le blog lui appartient il faut qu’il lui ressemble.

Un mot clé pour terminer cette interview et un message à mes lectrices ?

Le mot  » Bonheur  » est mon mot clé. Tous les bonheurs sont bons à prendre, du plus petit au plus grand ! Pour être heureuse il faut apprécier ce que l’on a et ne pas vouloir ce qu’ont les autres !
Il faut essayer de ne pas juger, d’être dans la bienveillance et l’empathie. Je travaille sur ces thèmes de développement personnel depuis quelques mois.
Et il faut se démarquer ! Ce n’est pas parce que la copine fait ceci ou cela qu’il faut faire la même chose. Plus vous serez unique, plus vous serez reconnue ! Et plus vous sourirez à la vie plus elle vous sourira, je crois à la loi de l’attraction et j’essaie de l’appliquer au quotidien.
C’est le secret je pense.

Quels sont les blogs que tu as créés ?

Outre le tien Chichi-pompon, j’ai crée deux sites professionnels pour deux personnes magnifiques qui sont devenues des amies proches

Catherine  de   » Senti-mots  »

Stéphanie du site   » Stéphanielaureshypnosesagese  »

Ensuite j’ai créé plusieurs blogs ils sont tous référencés sur Web sourire, il suffit d’aller faire un tour sur le site Websourire.

Corinne m’a reçue pour cet entretien dans sa magnifique maison de Perols. Son goût pour la déco dont elle fait part dans son blog, je peux dire qu’elle l’applique à la lettre dans son nid douillé. Elle sait mêler les meubles et objets design à une déco plus classique . Et elle peint ! Voilà qui s’appelle  » avoir plus d’une corde à son arc ! « 

%d blogueurs aiment cette page :