Jolie mise en abyme que ce film de Alexis Michalik qui vogue entre la vie de Edmond Rostand et la pièce du même auteur : Cyrano de Bergerac.
J’emmène mes élèves au cinéma, hier. Nous l’étudions cette année et pour la deuxième année consécutive. Mes élèves adorent ce personnage, quant à moi j’en suis depuis toujours une inconditionnelle. Le fait que la pièce soit en vers n’est absolument pas un problème, on oublie très vite la scansion du vers pour se mobiliser sur les dialogues. Quel panache en effet a ce Cyrano !
Michalik se focalise sur la génèse de la pièce : comment cet auteur, Edmond Rostand qui n’a pas encore trente ans mais déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses, qui n’a rien écrit depuis deux ans va-t-il rebondir et écrire la pièce à succès dont il rêve. On retrouve là le sempiternel débat propre déjà à Molière : une comédie c’est vulgaire, alors qu’une tragédie ! …. Oui mais voilà, c’est la comédie que demandent les spectateurs.
En désespoir de cause, il propose au grand Constant Coquelin, acteur en vogue à l’époque, une pièce nouvelle, une comédie héroïque, en vers, pour les fêtes. Seul souci : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi des caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de cœur de son meilleur ami et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit. Pour l’instant, il n’a que le titre : « Cyrano de Bergerac » et trois semaines pour l’écrire.
Entre théâtre filmé et art cinématographique, le film nous emballe !
Olivier Gourmet dans le rôle de l’acteur Coquelin qui jouera Cyrano est pétillant et donne un charisme et une présence forte au personnage . A ses côtés: Mathilde Seigner , Tom Leeb, Lucie Boujenah et bien évidemment Thomas Solivérès.
Mais le film est aussi un témoignage sur Paris de cette époque, la fin du XIX ème siècle . Le rythme est enlevé, ça swingue, c’est une ode au théâtre et aux mots. On sent que Michalik est fou de théâtre, il embarque ses comédiens dans un spectacle enlevé qui est un moment de cinéma fort ravissant, intelligent de ce début d’année !

 

%d blogueurs aiment cette page :