Il y a une expression qui parlant de nous, les femmes, dit  » Le beau sexe  » par opposition à… rien en fait . Il n’y a pas d’un côté le beau et de l’autre le moche.
Alors donc, des études ont été faites, ( oui, il y a des études faites sur tout ) et il en ressortirait que beaucoup de femmes n’aiment pas leur sexe.
Voilà qui me laisse pantoise .

Je ne me suis jamais posé la question de savoir si j’aimais ou non mon sexe, il est là, il me sert plus qu’il ne me  » dessert « . Je ne l’ai jamais vraiment regardé, sauf de haut, il va de soi. Or, regarder son sexe de haut, pour nous les femmes, ça ne donne rien ou plutôt ça donne une touffe de poils pubiens, la toison ( ce qui m’amène à dire que  » regarder son sexe de haut « , c’est le toiser, et là on voit bien que les mots sont justes ) donc on toise notre toison et si on a fait le choix de l’épilation pré-pubère, on toise au mieux un petit rebond, au pire un petit bedon.

J’étais donc là à rigoler de tout ça quand une amie me dit un soir de confidences, alors qu’en vacances, nous gambadions toutes les deux, nues comme des vers, qu’elle n’aimait pas son sexe. Comme je m’étonnais de cette « dés-affection » pour cette partie de nous qui nous procure tant de jouissances réjouissantes, elle m’a expliqué que ses lèvres, les grandes, étaient trop grandes justement et dépassaient.

AH BON ? Je tombais des nues . C’est possible ça ? Et d’un coup je me suis dit que décidément en la matière j’étais une grande ignorante. Autant les hommes nous interrogent beaucoup sur leurs sexes : assez longs, larges, trop gros, carrés ? ( performants :  » Alors c’était comment ? )… s ‘enorgueillissent parfois de lui ; autant nous, entre femmes, on évoque jamais au grand jamais les détails de cette partie de notre anatomie .
Et c’est pas faute de se faire des confidences en matière d’amour, on ne parle que de ça entre nous, les femmes ! ( il parait)
Donc, j’interroge un mien ami gynécologue qui, lui, voit passer toutes la journée des sexes différents et oui, la réponse est oui. Tous les sexes de femmes sont différents. Par exemple, la taille des grandes lèvres peut varier de 120 à 180 mm, en moyenne les petites lèvres sont de 43 mm, l’ouverture vaginale varie de 6 à 75 mm et la longueur du clitoris de 7 à 34 mm (!). De plus, la longueur des petites lèvres diminue avec l’âge, et celle des grandes lèvres augmente avec le poids. La Labiaplastie ou nymphoplastie consiste à changer la forme des lèvres car certaines femmes souffrent d’avoir des petites lèvres qui frottent sur les vêtements, ou pendant l’acte sexuel ou encore la pratique sportive.
Il ne faut pas croire que la raison des opérations est toujours médicale . On suit par là, jusque dans l’intimité les diktats de la mode ; à l’heure des images porno à tout va, il s’agit de montrer de soi un sexe de gamine . Or, franchement avons-nous envie de ça ?

%d blogueurs aiment cette page :