De moi à vous

Je me souviens de toutes ces jolies choses …

C’est une forme de plénitude que se remémorer ces moments inscrits en nous,  toujours sujets à émerveillements, rires,  bref, leur souvenir rappelé à la mémoire amène l’émotion qui allait avec … Seuls les souvenirs heureux m’émeuvent, les autres, ils restent là où ils sont, ils ne franchiront pas les portes de l’écriture publique.

Je me souviens de la première fois où j’ai touché les pieds par terre assise, et d’un coup j’avais l’impression d’être grande enfin et j’ai crié  » ça y est, je touche « . J’étais grande de fait, plus jamais je ne connaitrai cette instabilité là de l’assise.
Je me souviens de la première fois où je me suis maquillé les yeux, en bleu, dans les toilettes du collège et le soir, dans le car en rentrant, j’ai frotté, frotté pour ne pas que mes parents voient tout cet azur là entre mes sourcils et la naissance de mes cils ( oui, on voyait large)
Je me souviens du premier soutien-gorge à fleurs, qui enveloppait une absence de seins mais dont j’étais si fière, une demoiselle j’étais désormais
Je me souviens de la première fois où j’ai embrassé un garçon. J’avais 16 ans. Il s’appelait Jacques Coeur, nom prédestiné s’il en faut, et il m’enfonçait sa langue si au fond de ma bouche que j’en avais la nausée. J’ai pensé alors que c’était assez dégueulasse d’embrasser un garçon
Je me souviens bien plus tard de la première fois où j’ai fait l’amour avec un homme, le père de mon fils ainé, et de ce sang sur les draps et la peur qu’on a eue…
Je me souviens de la naissance de chaque enfant, mais surtout du regard du dernier Matteo, posé tout contre moi, sous son petit bonnet et on se regardait du fond de l’âme, dans cette découverte de l’un et l’autre
Je me souviens de mon divorce, du sortir du tribunal et d’avoir l’un et l’autre beaucoup pleuré de n’avoir pas su dépasser nos difficultés de couple et puis on a bu un café ensemble.
Je me souviens de Matteo sortant du cinéma qui me dit  » tu vois ce que j’ai aimé là c’est quand la maman se fait écraser par le camion  » . Il avait 5 ans et je me suis dit que son complexe d’Oedipe était résolu 🙂
Je me souviens du jour où j’ai su que j’étais nommée ici, à Avignon, et d’être partie ce soir là dans les rues de Grenoble ressentir cette immense liberté, d’avoir marché, longtemps, seule dans la nuit avec cette impression d’avoir donné à ma vie le sens que je voulais lui donner.
Je me souviens de la première injustice vêcue par un de mes enfants et de cette colère contre ce prof de techno qui avait dit à mon fils qu’il n’était pas intelligent.
Je me souviens d’avoir un jour où je roulais depuis longtemps entendu à la radio  » I will survive  » et d’avoir ressenti d’un coup une formidable et intense harmonie entre la femme que j’étais, le paysage traversé et la musique.
Je me souviens de la route entre Hyères et Porquerolles, les vitres grandes ouvertes et Julio Iglesias qui chantait  » Vous les femmes …  » et moi aussi à tue-tête et les enfants qui rigolaient derrière.
Je me souviens d’une route de Toscane dans un cabriolet gris, le nez dans les étoiles et un homme près de moi, aimé.
Je me souviens de tous les matins où j’ai posé un pied par terre et me suis félicitée de me réveiller.
Je me souviens du premier jour où ma mère m’a appelée  » ma chérie  » et ça m’a mis les larmes aux yeux.
Je me souviens de cette immense sensation de liberté quand je suis partie sur un coup de tête, étudiante, vivre en Autriche pour une année; retrouver un amoureux qui m’attendait les bras ouverts.
Je me souviens de la fois où j’ai interrogé un homme qui près de moi avait acheté tous les magazines à propos de la mort de Levi Strauss et qui me disait qu’il ne savait pas lire.
Je me souviens du premier livre de Françoise Héritier qui m’a laissé un tel goût du bonheur
Je me souviens de la fois où mon père, la seule fois, m’a fait un compliment sur une robe que je portais.
Je me souviens de la fois où j’ai eu MON livre en mains et de cette jouissance de voir se réaliser ce que j’avais entrepris
Et de tant d’autres choses, des mots doux qu’on m’a dits, je me souviens de tout. Tout cela me constitue . Et vous, c’est quoi votre plus beau  » Je me souviens …. » ?

2 commentaires

Exprimez-vous !

%d blogueurs aiment cette page :