De moi à vous

Légère et court vêtue…

Voilà, je vous raconte ma vie aujourd’hui. On le sait, c’est le printemps, mais c’est pas juste  » on le sait « , c’est : on le sent. Enfin, on le sentait, car aujourd’hui M.Mistral nous a bien remis les idées en ordre. Mais moi, dans ma tête c’est le printemps. Je pense parfois à cette chanson de Barbara  » Et puis d’un coup, ça arrive, c’est là au creux des reins, la joie de vivre « .
Aux  » plus de … » depuis la rentrée : plus d’enfant à la maison, plus d’amoureux, plus de chat…tout ce qui a été vêcu comme autant de souffrances, de changements plus ou moins violents, tout s’est transformé en une liberté neuve. Liberté de disposer de mon temps comme je l’entends, liberté de ne pas rentrer, d’aller dormir ailleurs, de me lever quand je veux, liberté de traîner dans n’importe quel accoutrement à la maison, liberté de me taire une journée entière, liberté de manger ce que je veux sur le pouce ou non, de me faire un restau sur un coup de tête, liberté de voir qui je veux quand je veux, de partir en week end pour des expos, de voir mes enfants, de passer des heures au téléphone, de retrouver mon carré avec une jolie frange , de me faire un ciné à midi …
J’avais pour projet de participer à un concours de nouvelles . Le sujet en était  » Le bonheur est un piège dans lequel je suis plusieurs fois tombée « , je n’ai pas réussi. J’ai tordu la phrase dans tous les sens. Le bonheur n’a jamais été un piège, sa quête incessante peut l’être, mais je suis incapable aujourd’hui d’écrire sur ce sujet. Voilà j’ai renoncé. On dit que la vie est faite de renoncements nécessaires, ce travail projeté en fait partie.
Cette liberté nouvelle à mon âge, je la savoure peut être davantage parce que je travaille et que j’ai cette joie toujours renouvelée de retrouver mes élèves chaque jour avec tout ce qui se passe entre eux et moi de l’ordre de l’humain.
Chaque chose me semble aujourd’hui à sa place et je vis l’avenir comme une porte grande ouverte sur l’inconnu. J’écrivais dans mon livre combien c’est stimulant d’avoir cet avenir ouvert, de sentir tous ces possibles sans les attendre, de vivre sans se préoccuper de demain, de laisser le temps filer, les choses et les gens venir à soi. Voilà c’est ce que je vis en ce moment. J’ai eu envie de partager cela avec vous qui me lisez sur ce blog où finalement je parle assez peu de moi mais que j’ai voulu renouvelé depuis quelque temps, plus à mon image. Voilà.

10 commentaires

  • Marie garcia

    Merci pour ces jolis et vrais mots qui résonnent comme très souvent quand je vous lis . Une période de vie similaire pour moi, apprendre à se retrouver et prendre la vie comme elle vient . Au plaisir de vous lié encore. Belle soirée

    • Dominique

      C’est si juste Marie que nous ne cessons pas d’apprendre, de pousser notre rocher dans la joie souvent et parfois dans la peine. J’aime beaucoup ce que dit Camus à propos de ce travail de Sisyphe de nos vies : et si, dans ce qui est un éternel recommencement nous trouvions la joie d’avoir toujours à recommencer ? Merci pour votre commentaire, à bientôt !

  • Elisabeth

    Confidences pour confidences j’aime bien te lire, et j’aime cette liberté savourée à chaque instant. On en est à une période de notre vie où l’on sait apprécier la situation dans laquelle on se trouve, tout en sachant, en espérant que tout soit possible, plein de belles surprises…

    • Dominique

      Merci Elisabeth, oui, se faire plaisir et vivre sans programme particulier . La liberté est parfois synonyme de solitude, mais bien assumée, elle est plutôt plaisante, d’autant qu’elle s’interrompt quand on le souhaite, c’est ça qui est merveilleux, cette indépendance là dont on a pas toujours conscience . Une belle journée à toi !

  • Aurélia Wlk

    J aurai eu du mal avec le thème de la nouvelle aussi … On nage dans le
    bonheur , ou pas …. et
    même si des fois on ne voit pas les larmes des poissons que nous sommes dans
    cette eau de vie , on peut tomber de bonne heure oui .. mais sûrement pas
    dans
    le bonheur .
    Ils ont de la chance tes élèves , tes enfants , tes amants , tes lecteurs
    : tu sembles être de ces gens qui  » transmettent  » sans donner de leçons …
    Il n y a que des perches à prendre ou à entendre …. Tu donnes des clés , à
    eux de trouver la serrure … C est ce que je ressens en tous cas à
    chaque fois que je te lis …et tu sais quoi ? J aime bien te lire
    😉……

    • Dominique

      et j’aime bien te lire aussi 🙂  » transmettre « , oui, je suis dans la transmission, car j’aime cette idée de la  » trace  » , profondément , cette trace que nous laissons de nous  » en les autres  » . Je n’ai plus trop de certitudes, je pense que cela arrive à tout le monde, c’est assez banal en fait, en revanche j’ai des valeurs. Je pense qu’il faut toujours avoir du recul sur soi et ses agissements mais accepter aussi de ne pas tout comprendre, voire de ne rien comprendre, c’est assez libérateur. Prendre ce que la vie donne, et les autres, ne plus être dans une attente quelle qu’elle soit est libérateur. DES BISES !

  • sophie cour

    Joli signe de la confiance retrouvée en soi et en la vie que ce billet que vous nous donnez à lire . Douces confidences d’une femme épanouie . Merci pour ce cadeau … Belle fin de soirée à vous

    • Dominique

      Sophie, oui, merci, j’aime la femme que je suis devenue . Etre bien avec soi est nécessaire pour être bien avec les autres … Des bises, un beau mardi ; avec Mars en ligne de mire, ça devrait être combatif 🙂

Exprimez-vous !

%d blogueurs aiment cette page :