Un peu de moi

Nos seins dans l’histoire de la peinture !

En ce mois consacré symboliquement au dépistage du cancer du sein,  j’ai choisi, pour ma part de vous parler du sein dans la peinture puisqu’il s’agit là … DU SUJET LE PLUS REPRESENTE DANS TOUTE L HISTOIRE DE L ART !!!!!

Au Moyen-age, on trouve des Vierges Lactatrices et pourquoi donc, ces vierges qui donnaient essentiellement le sein droit ? Leur représentation était censée être un apaisement dans un siècle décimé par la peste noire et terrorisé par l’angoisse de la mort.

Van Cleve, la Vierge et l’enfant 

Baldung, la Vierge et l’enfant

Mais on ne trouve pas, à cette période, seulement des seins à vocation nourricière, ainsi la Vierge à l’enfant de Jean Fouquet peint en 1490 nous donne-t-elle une image plus érotisée de la Vierge . Ici, c’est Agnès Sorel qui est représentée sous les traits de la Vierge, elle était alors la favorite du roi. ( on remarque que c’est le sein gauche qui est découvert et l’enfant reste dans la pose, à quelques centimètres du sein )

Jean Fouquet, Vierge à l’enfant

Nourricier ce sein, mais aussi symbole du don de soi, aussi le trouve-t-on souvent dans des allégories de la Charité, comme ici Andrea del Sarto : la Charité

Andrea Del Sarto, la Charité 

L’école Flamande s’intéresse aussi à l’allaitement avec ce magnifique tableau, par exemple, de Hoch qui nous montre  » une femme allaitant « , toujours dans des intérieurs cosy.

Hoch, femme allaitant 

La représentation du sein, on la trouve également chez les Amazones qui se mutilaient pour mieux tirer à l’arc et pour s’élever à l’égale des hommes .

Von Stuck, Amazon

Et d’ailleurs saviez vous que Sainte Agathe est la patronne des nourrices et à quoi elle doit ce joli titre ? L’histoire est plutôt moche, elle ! :
Agathe, originaire de Catane, décide de rester Vierge et de consacrer sa vie au Christ. Mais le préfet romain de Sicile, Quintianis, ayant entendu parler de sa grande beauté, tente de la séduire. Devant sa résistance, il l’envoie dans un lupanar, où elle conserve miraculeusement sa virginité. Elle est alors soumise au supplice le plus cruel : attachée à une colonne, la tête en bas, un bourreau lui tord puis lui arrache les seins avec une tenaille. La nuit suivante St Pierre la visite dans son cachot et la guérit de ses blessures mais elle mourra quelques jours plus tard sur des charbons ardents.

Zurbaran, Sainte Agathe

Mais le sein peut être aussi politique comme dans ce tableau allégorique de Delacroix que nous connaissons toutes :

Delacroix, la Liberté guidant le peuple

Le sein est bien sûr un symbole terriblement érotique , et remontons à l’école de Fontaineblau avec ce tableau si coquin : Gabriel d’Estrée et sa soeur 🙂

Ou Courbet, dont on sait le talent en matière de représentation féminine

Courbet, buste de femme 

Nos seins on en parle, on s’y intéresse et on les aime !

4 commentaires

    • Dominique

      Merci, j’ai choisi de me limiter aux représentations plus anciennes, mais comme le fait remarquer Stéphanie au dessus il y a de très beaux tableaux du 19ème, en dehors de Courbet, sur ce sujet , bonne fin de dimanche à vous !

  • Stephanie

    Magnifique allégorie qui montre l’évolution de la représentation du sein dans la peinture. J’adore le tableau de Manet Olympia et les nus de Bonnard. Il est bien de se rappeler que le dépistage est le seul moyen de les protéger. Bon dimanche

    • Dominique

      Oui, Stéphanie, même si Bonnard montre davantage le nu dans sa totalité et occupé, souvent à la toilette… j’aime bien considérer le basculement entre peinture à vocation religieuse et le même sujet utilisé à des fins plus païennes… cette limite là … des bises et un bon dimanche, qui tire vers sa fin, il faut dire 🙂

Exprimez-vous !

%d blogueurs aiment cette page :