De moi à vous

Pour que tu t’aimes encore

Pas facile de parler d’un spectacle humoristique …. D’autant que j’ai tendance à rire à contre temps, c’est à dire à rire de ce qui ne fait rire personne.

Bref ! Trinidad s’occupe d’une chronique dans l’émission de Brigitte Lahaie qu’on ne présente plus. Si vous ne la connaissez pas, écoutez Sud Radio, tous les gens qui parlent s’intéressent au sexe : sexologues à deux balles, amateurs de sexe, questionneurs de sexe… etc y participent.

Personnellement j’aime mieux le sexe fait que le sexe parlé mais il faut reconnaitre que, comme dirait mon père, dont la culture générale n’est plus à démontrer : il y a deux choses qui font tourner le monde, le pognon et le cul.

Donc Trinidad qui n’a pas froid aux yeux revisite les poncifs liés à la sexualité dans un one woman show qui a fait ses preuves à Paris et ailleurs. Tout y passe : la taille du pénis ( plus court chez les hétéro que chez les homos mais on peut tirer dessus), toutes les opérations que d’aucunes font pour embellir un sexe alors que finalement le taux de fréquentation reste pour la plupart assez moyen , le paracétamol qui la rend molle, la fellation particulièrement prisée des français qui détiennent le record du monde ( globalement, pas individuellement, je ne crois pas que des championnats existent dans le domaine ) , les CD de Doc Gynéco plus faciles à trouver qu’un gynéco dans certains départements etc…

Mais Trinidad s’interroge aussi : Pourquoi reste-t’on avec quelqu’un qui ne nous convient pas ? ( et là j’en vois qui sont en train de prendre leur tel pour réserver une place à L’ETINCELLE ) alors même que personne n’a vu un paon en train de faire la roue devant des tortues, même marines. Combien est-on au juste dans un lit quand on compte les ex, les parents etc… ? La serviette hygiénique et le tampax comme libérations de la femme ? Combien de femmes savent au juste où est leur clitoris et combien d’hommes savent où est le clitoris des femmes ? Vu que il faut faire comme l’inspecteur du permis de conduire : à gauche, un peu plus à droite, reste au milieu, là, tourne !…

Et puis il y a les modèles, ces femmes qui nous servent de modèles : De Françoise Dorleac à …. je ne sais plus.

CONCLUSION : ON PEUT PARLER DE TOUT MAIS A UN MOMENT IL FAUT METTRE DU ROUGE A LEVRES !!!! ( c’est la seule phrase qui m’a fait rire 🙂

DU 5 AU 28 JUILLET Théâtre l’ETINCELLE
04 90 85 43 91

Autres spectacles chroniqués : https://www.chichi-pompon.com/on-ne-dit-pas-de-mal-des-morts/

https://www.chichi-pompon.com/lettres-a-anne/

2 commentaires

Exprimez-vous !

%d blogueurs aiment cette page :